Cloud computing
Publié le - 20 clics -

Démarrer les étapes de la diversification alimentaire

La diversification alimentaire est la phase où l’on peut donner des aliments à bébé. La première question est à quel âge pour passer à la diversification alimentaire, et puis, on parlera de la DME.

Les explications du pédiatre à propos de l’âge pour la diversification

L’OMS définit cet âge à 6 mois, et si maman est encore en forme et que ceci n’affecte pas sa vie professionnelle, elle peut donner à son enfant ses seins jusqu’à 8 mois, voire 1 an. C’est surtout dans les pays en émergence côté développement et surtout hygiène que cette recommandation est retenue. En général, si bébé ne présente aucune anomalie digestive, la diversification peut commencer dès 4 mois et pas avant. Pas avant, parce que le tube digestif et l’estomac d’un bébé ne sont pas encore prêts à recevoir des aliments solides qu’à la fin de ses 3 mois, là où son poids a été doublé de celui de la naissance. Pour les aliments, on peut passer à un légume et un fruit tous les deux jours, jusqu’à ses 6 mois, où l’on passe également au lait infantile bio deuxième âge. Là encore, à propos du lait, c’est un aliment complet où il ne faut pas négliger, même si bébé mange déjà.

Quelques informations sur la méthode DME

Si vous avez le temps, achetez ces légumes et fruits tous les jours afin que bébé puisse manger quelque chose de frais. Commencez par de la purée, au mixeur, puis à la fourchette, et ne surprenez pas votre bébé, cadrez-le petit à petit vers sa découverte alimentaire. C’est la raison d’être du programme DME qui consiste à passer la diversification menée par l’enfant. Dès 4 mois, qu’il ait des dents ou pas, donnez-lui un morceau d’aliment, de la viande, de la pastèque, etc. Surveillez-le, et ne le grondez pas s’il va d’abord jouer avec ces aliments, etc. Donnez-lui de la cuillère à partir de 6 mois, et laissez-le la conduire jusqu’à sa bouche, laissez ses petits doigts jouer avec les aliments, etc.

La préparation du repas de bébé est très importante. On ne parle plus de l’hygiène qui est à vérifier, puis de choisir la qualité de la nourriture que l’on donne.